poniedziałek 16 Lip 2018
  • default style
  • red style
  • blue style
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
  • Narrow screen resolution
  • Wide screen resolution
  • Wide screen resolution

Msza św. o pokój serca i za nieuleczalnie chorych za wstawiennictwem świętych Karmelu.
17. lipca. godz. 18:00 Zapraszamy!
Sanktuarium św. Józefa oo. Karmelitów, Wzgórze św. Wojciecha w Poznaniu

Conférence de Martial: Congres de la Famille Varsovie 20.03.2015

L'intention générale du MI de st JP II est : La Famille au sens large du terme. La famille domestique et son unité. L’Église famille et son unité.

La grande priorité est toute la famille, car l’Église sera relevée et unifiée seulement si les familles domestiques sont relevées.

Nous le savons tous, la famille domestique est en souffrance et tellement instable. Les familles chrétiennes sont en difficultés et subissent cotre coup de toutes ses lois qui viennent au nom du droit social, restabilisées et dévier l'unité de la cellule familiale d'un papa, d'une maman et de leurs enfants. C'est comme une douche froide que l'on fait couler sur les foyers d'amour pour les éteindre.

Chaque famille chrétienne est un petit MI à l'image de Sainte Famille. « Elles sont pour nous tous un modèle, un témoignage de sainteté dans la vie ordinaire que vivent les époux. Une sainte famille n'est pas synonyme de « famille idyllique », sans difficultés, sans cris, sans portent qui claquent, sans disputes, sans voix qui s'élèvent. L'épisode du Temple et la fugue de l'enfant  Jésus préadolescent et ce dialogue musclé avec ses parents, nous montrent, nous laisse entrevoir que, même dans la famille de Nazareth, il pu y avoir des malentendus. Dans la famille de Nazareth ces malentendus se sont éclaircis aussitôt grâce à l'amour et la confiance qui y régnaient. Dans nos nos famille c'est beaucoup plus difficile à obtenir, mais une famille qui vit l'état d'esprit du MI de st JP II, peut y arriver. Certes ce n'est pas toujours facile de vivre en famille, en couple, ni comme parent, ni comme enfant, et ce n'est pas facile non plus de nos jours, pour transmettre les valeurs en lesquelles nous croyons. Lorsque nous parlons de sainteté en famille il ne nous est pas demandé de vivre l'impossible, mais chacun fasse le possible pour vivre en harmonie.

A l'image de la Sainte Trinité, chaque membre de la famille doit être pour l'autre, un don d'amour de tout ce qu'il est et de tout ce qu'il a. N'allons pas croire que l'esprit du MI soit réservé aux personnes âgées, aux malades, à celles et ceux qui portent un handicap visible ou invisible, aux souffrants, aux martyrs et aux prisonniers. Le MI de st JP II, concerne tous les chrétiens, de toutes confessions chrétiennes et donc toutes les familles. De notre plus jeune âge, nous entrons dans la grande famille du MI, puisque nous en sommes tous membres, parce que quel-que soient notre âge, nul d'entre nous peut faire l'économie de la souffrance. Nous devons expliquer aux enfants, comment vivre avec amour, compassion, miséricorde, et dans la justice de Dieu. Même si l'avenir nous paraît douteux, incertain et difficile, l’Église nous appelle à cette sainteté. Loin de cacher nos difficultés, nos souffrances, nos limites, nous devons être capables d'affronter ensemble avec amour et avec audace, ces situations pénibles pour écouter, pardonner, croire, réconcilier, faire confiance, respecter l'autre et surtout celui qui souffre, et bien sûr respecter avec amour la vie depuis la conception jusqu'à la fin naturelle e même au-delà en pensant à nos chères âmes du purgatoire.

 

Éducation des enfant et adolescents.

La société nous montre depuis des années déjà, que l'on éduque jamais ou très rarement nos jeunes à souffrir dignement lorsque la moindre épreuve se présente. Nous mettons là toutes les chances de précipiter nos jeunes dans le désespoir ou dans une violence retournée contre eux mêmes. Par amour pour nos jeunes nous les guidons, nous les conseillons en âme et en conscience, nous les enseignons selon nos convictions e nous les corrigeons si nécessaire, avec bienveillance. Mais cependant par amour pour eux, nous nous devons aussi de respecter un certain degré de leur liberté. Si par exemple ils n'écoutent pas nos conseils et qu'ils sont en échec, nous devons leurs apprendre à l'assumer et le vivre avec dignité. Nous devons leur expliquer qu'ils ne sont pas seuls et qu'ils peuvent dans leur tristesse, se laisser rejoindre par le Christ et de Lui offrir cette souffrance qui les affecte dan un vrai cœur à cœur avec Lui. Le Christ transfigurera alors cette épreuve, même s'ils en sont responsables, en grâce et en bénédictins. Si nous faisons tout pour que nos enfants n'aient jamais de difficulté, qui ne souffrent jamais, et n'assument rien des misères qui leur tombent dessus, alors ces jeunes vont grandir sans aucun sens de la responsabilité puisque leurs parents font tout à leur place. Mais un jour, les enfants devenus grands ne seront plus faire face aux difficultés de la vie, aux croix à traverser, ils ne sauront pas réagir dignement et risquent bien fort d'aller se réfugier dans différentes formes d'addictions comme l'alcool, la drogue, les jeux, la pornographie, et aussi bien souvent même le suicide.

A l'école les enfants peuvent vivre dans l'esprit du MI, par exemple : un enfant traité, humilié par un petit camarade qui ne l'aime pas. Il y a deux façons de réagir. Premièrement : Je lui vole dans les plumes et il va bien comprendre la douleur, c'est la réaction impulsive. Deuxièmement : Puisque je sais que Jésus habite dans mon cœur et m'a enseigné l'amour qui va jusqu'à pardonner à ceux qui nous persécutent, alors instantanément, je me laisse rejoindre par Jésus et lui dis : « Jésus, je veux lui pardonner et t'offre ma souffrance à son intention pour que tu la convertisse pour lui en bénédiction. En bon serrurier de l'Invisible par ta grâce Jésus je veux donner un tour de clé dans son cœur, pour l'ouvrir à ton amour miséricordieux.

Cela vaut aussi pour les adultes. Dans un couple déchiré où l'un deux est parti avec une autre personne en laissant au conjoint le poids des enfants à éduquer. Prenons l'exemple d'une épouse restée seule avec les enfants. Celle-ci peut entrer dans de telles difficultés, de telles souffrances, qu'elle risque même de tomber en dépression. En vivant cette situation dans l'esprit du MI de st JP II, l'épouse se laisse rejoindre par le Christ, lui offre toutes ses misères et lui promet de rester fidèle à son époux qu'elle aime toujours malgré et contre tout. Elle offre au Seigneur qui est fidèle avec elle, sa propre fidélité en communion avec Lui à l'intention de l'époux parti. La sainteté vécue dans l’offrande par l'épouse trahie, sera transfigurée par le Seigneur en grâce et bénédiction non seulement pour elle, mais aussi pour l'époux et les enfants.

Cela n’enlève rien aux difficultés, peut-être épouse pleurera t-elle souvent, mais je l'invite d’offrir à Marie ses larmes, afin que dès qu'elles seront en contact avec les mains de Marie, les larmes deviendront des joyaux,des diamants, un trésor d'amour qu'elle présentera à son divin Fils miséricordieux et les déposera dan le cœur du Père. Ces larmes de souffrance, d'amour et de sainteté rempliront de grâces l'époux parti et toute la famille. On peut alors penser que la sainteté de l'épouse fera la sainteté de l'époux et des enfants.

Souvenons nous de la vie de sainte Monique la mère de st Augustin. Elle est un bon exemple à ce sujet et ce n'est pas pour rien qu'elle est devenue la patronne des mères de famille. Un évêque lui avait dit : « Tant des larmes offertes, pourront pas ne pas êtres exaucées ». A la maison l'épouse, l'époux, les enfant, grands parents peuvent tout offrir dans l'amour au Christ. Les joies, les tâches ménagères, la fatigue, les soucis, les contrariétés, les difficultés d'éducation, l'accompagnement des personnes âgées et des malades, etc. Quelle fatigue tout cela ! Mais avec Jésus la force de l'amour est toujours plus forte et déjà vainqueur de tout mal : Alors ne nous décourageons pas et offrons tout pour la gloire de Dieu, le salut des âmes et de nos familles.

Voici le témoignage de Séverine.

« Il y a cinq ans à la sortie de la messe, une amie m'a présenté l'icône du MI de st JP II. Ce qui m'a frappé en la contemplant c'était la vérité de cette image. Je priais déjà pour les petits et les plus faibles ; l'Esprit me rendait attentive aux souffrances de ce monde mais leur proportion inversée par rapport à l 'esprit du monde, criait une vérité bien différente. Je me souviens avoir dit « c'est vrai, c'est la vérité » et j'ai éprouvé une grande joie et une grande paix en regardant Marie porter ces piliers de soutien et l’Église toute entière symbolisée par la basilique saint Pierre de Rome.

En lisant le livre du MI de st JP II, j'ai compris qu'ayant été un temps porté sur cette poutre de la vie terrestre par mes frères, le Seigneur me faisait l'honneur de participer à l’échelle de mes souffrances au pilier droit, non comme malade ou handicapé, mais comme l'écrit Martial dans son livre, « comme blessée de la vie par les manques d'amour ».

Il y a huit ans, mon mari est parti ne supportant plus notre vie de famille. Nous avons eu trois enfants que j'élève seule. Mon fils aîné au départ de son père à l'âge de 14 ans a commencé à déraper et à céder aux tentations e ce monde : alcool, drogue, dépendance aux jeux vidéos, et à la pornographie sur Internet... et ésotérisme. Son caractère est devenu instable, irrespectueux, incontrôlable. Il souffre maintenant de problèmes psychiques. Notre vie familiale a été secouée par son comportement. Sa sœur a voulu prendre le plus vite possible son indépendance, avec elle aussi, bien des dérapages.

Mes trois enfants ont rejeté la foi de leur enfance et ne supportent pas que j'évoque la vie en Dieu, comme leur père très absent. J'ai bien souvent été découragé et versé beaucoup des larmes. Mais malgré tout, c'est greffé au Christ, chantant les Louanges de Dieu dans les tempêtes du quotidien. E c'est en lisant et écoutant régulièrement Martial sur les ondes de Radio Maria France que j'ai découvert la communion des Saints en action. Martial nous rejoint dans toutes nos blessures physiques et morales et nous aide à relever le tête.

La prière de consécration nous incite à offrir notre vie pour les familles et les souffrants et cela devient une joie de pouvoir vivre toutes ces grandes difficultés de la vie de famille mais aussi l’épreuve de la séparation, la solitude et la fidélité au sacrement de mariage (sur l'icône, au, au-dessus de la couronne de Marie se trouve les tables de la loi symbolisant les commandements de Dieu), sachant que d'autres vont pouvoir ouvrir leur cœur et découvrir eux-aussi le Christ. C'est un esprit de mission qui anime le MI de st JP II, comme le vivait Sainte Thérèse adaptée au monde d'aujourd'hui car tellement déchristianisée. Si nous ne faisons pas ce choix radical du Christ et de l’Église, nous ne pouvons résister à l'esprit du monde. C'est parce que Nadine, Anne, Marie-Louise, le père Jean-Yves Théry et tant d'autres frères et sœurs cloués dans leurs souffrances mais offerts avec amour à Dieu, que je sais que je n'ai pas sombré dans la dépression en restant fidèle à mon sacrement de mariage. Mon fils malgré tout est encore en vie e donc protégé.

Je suis heureuse de pouvoir donner ma vie pour ma famille, mes sœurs et frères souffrants et de savoir aussi que beaucoup de vocations vont   éclore, que des couples ne vont pas se séparer, des enfants vont faire des choix éclairés et que l’Église va être baignée de grâce, facilité par l'offrande de chaque jour, vécue dans l'amour de Dieu. Je fais ce choix quotidiennement et la prière de consécration m'y aide.

Saint Jean-Paul II qui a servi les familles de la terre et s'est lui-même offert jusqu'au bout dans la maladie, est vraiment l'artisan de ce monastère, synthèse extraordinaire de ce qu'est l’Église pour le monde. Je remercie le diacre Martial de donner toute sa vie à l'enseignement de cette mission qui est donnée aux tout petits dont je fais partie mais que le Seigneur dans sa sagesse a voulu très grand pour supporter la vie des hommes de cette terre, en communion avec Marie, tous les Saints, tous les adorateurs, les âmes du purgatoire et toutes les messe célébrées dans le monde ».

 

Oui, frères et sœurs, demandons sans cesse au Seigneur la Force de l'Amour pour porter de la Croix. Vivre ainsi nous donne un visage de ressuscité, la joie du Vainqueur s'exprime déjà à travers nous et interpelle sans cesse ceux qui vivent loin du Seigneur. Prenons l'exemple d'une personne âgée en souffrance ou en fin de vie. Le fait de vivre dans cette communion d'amour découvre en elle en visage toujours pétillant, radieux et réconfortant pour les autres membres de la famille, les personnels soignant et les visiteurs.

Quand je les accompagne en fin de vie, j'ai toujours à cœur de les faire d'entrer dans cette offrande d'eux-mêmes jusqu'au bout à la suite du Christ. La personne en fin de vie arrive à dire de tout son cœur : « Seigneur, me voici, et ce n'est pas mon cancer, ma maladie, ma vieillesse, mon accident ou telle personnes qui va voler ma vie, mais c'est moi qui te la donne pour ta plus grande gloire et pour le salut des hommes ». Voilà c'est que suivre le Christ jusqu'au bout et reconnaissons que cela change tout l'état d'esprit du malade ! Sainte Thérèse de Lisieux disait : « Je ne meurs pas, j'entre dans la vie ».

En ce moment beaucoup des frères et des sœurs, des chrétiens sont martyrisés, massacrés en Irak, en Inde, en Afrique et subissent en d'autres pays des persécutions. Il y a aussi dans nos pays d'autres formes d'atteintes aux lois naturelles de la vie, vous les connaissez tous. Alors à vous tous qui souffrez, si de votre lit vous deveniez leurs petits serviteurs cachés ! Oui, Dieu nous appelle à répandre sa Miséricorde Divine dans le monde « à devenir rédempteurs dans l’Unique Rédempteur ». « Saurons-nous nous laisser apprivoiser par l'Amour Fou du Rédempteur. Saurons-nous attendre ses appels pressants ? » Vraiment ce MI de st JP II et un Monastère de Saint en puissance. Du cœur de chacun, on peut entendre : « ce n'est plus moi qui vit, c'est le Christ qui vit en moi ».

 

Témoignage de Anne.

Comme le dit la prière de consécration « que par ce oui d'amour, m vie unie à la source de ton cœur, irrigue toutes les familles de la terre ». Le MI de st JP II est encré dans la famille, même si son histoire est parfois douloureuse. Souvent, en rencontre un refus d'accueillir sa dimension, une indifférence. Mais il y a aussi des valeurs plus positives comme la reconnaissance, l’espérance, et « merci pour les prières » ! Le MI est prière. Maman m'a dit récemment : « Tu fais un beau chemin », ce qui m'a réjoui le cœur, car j'avais l'impression d'être encouragée dans ma mission de prières. C'est une vie tout humble, toute cachée en Dieu comme le dit la vénérable Marthe Robin. A force d’offrir et de prier pour sa famille y compris pour les membres partis avant ma consécration, comme mon papa, je sais que cela portera des fruits une conversion en profondeur, douce et en vérité. En a donné sa vie pour cela. Il faut y croire, accrochée à Jésus, mieux qu'a bouée de sauvetage.

 

Témoignage de Anne-Marie (la maman de Anne).

Voici quelques réflexions sur ce que représenté pour moi le MI et ce qu'il apporte dans ma famille. Si j'avais certes constaté beaucoup de changements dans nos vies, je ne  m'étais jamais arrêtée pour analyser les causes profondes de ce changement et j'avoue de ce fait que j'ai eu quelques difficultés à rassembler sur le papier mes idées et à concrétiser par des mots tous les bienfaits et la transformation qui se sont opérés en nous, de puis l'engagement de Anne dans le MI de st JP II. Ce qui est certain c'est qu'il y a un avant et un après.

Depuis la consécration de Anne dans le MI j'ai constaté un grand changement : dans sa vie personnelle, dans ma vie, dans notre vie familiale « difficile ». Tout s'est fait peu à peu mais est allé en grandissant. D'abord chez Anne. Elle a trouvé un sens à sa vie et n'a plus pensée (comme elle le répétait souvent) que sa vie ne valait rien, et elle non plus. La souffrance physique, morale, psychologique, intellectuelle est toujours là, mais tout a un sens grâce au MI, Anne a compris tout le bien généré par la prière régulière, fidèle et assidue qui rejaillit sur autrui et à l'échelle du monde. Anne a compris que la prière est tout aussi importante que le « faire », compris qu'aux yeux du monde paraître ne rien faire expose un jugement négatif, douloureux, mais qu'en vérité être dans la prière, la contemplation eucharistique, l'acceptation d'une apparente inutilité permettait d'entrer en collaboration avec l’œuvre salvatrice du Christ au même titre que l'action visible.

« La prière est le levier du monde » st curé d'Ars. Donc Anne a compris qu'il fallait oublier et demeurer indifférente aux regards extérieurs qui peuvent juger et faire croire qu'elle est « improductive, inutile » alors que dans sa vie caché e discrète de prière, d'adoration, elle est, elle aussi à sa manière, très efficace et productive en communion avec les autres, qui peuvent avoir certes une collaboration plus spectaculaire et visible, mais pas forcement meilleure que la sienne. Anne a compris que nous sommes tous voulus par le Seigneur et utiles à son œuvre, chacun à notre manière.

Anne a vraiment compris qu'elle est importante aux yeux du Seigneur et aussi à nos yeux. La vie cachée est aussi belle qu’une autre vie extérieurement plus réussie. En ce qui me concerne j'ai moi aussi éprouvé un grand changement dans ma vie pour plusieurs raisons. La première c'est que j'ai constaté un grand changement chez Anne qui a trouvé la joie. Et ceci est communicatif. La joie guérit beaucoup des blessures. Jésus n’enlève ni les tristesses ni les épreuves, mais il procure la joie spirituelle. Avec Anne à présent nous partageons cette joie et lorsque nous nous retrouvons il n'y a pas de tristesse, mais beaucoup de rire, de bonheur de complicité vers un même but. Avant c'était plus difficile.

Oui, je dirai qu nous avons trouvé la joie, la vraie, celle qui vient de Dieu. Anne l'a trouvé grâce au MI de st JP II e nous l'a communiqué. Je vieillis bien parce que je sais qu'un jour je pourrais partir, Anne est solide, elle existe par elle-même à présent ; elle a trouvé force et ancrage dans le MI. La maladie profonde est là, mais nous sommes entrées dans l'abandon à la Providence, dans la confiance. Dans ma famille à problèmes je dirai même que déjà la consécration de Anne dans le MI est un moteur et un facteur de paix, de rapprochement familial. Si je résume, que cela m'a fait grandir, m'a amenée à réfléchir sur ma vie intérieure et à apporter à notre famille joie, confiance, apaisement (même si parfois c'est explosif au niveau fille et gendre).

S'il n'y avait pas le MI je pense que je n'aurais jamais autant cheminée, je pense que je n'aurais pas éprouvé une telle paix. « Il y a un avant et un après » et je pense que ce n'est que le début. Je vous laisse donc et vous redis une immense merci pour votre accompagnement auprès de Anne.

 

L'appel pour JMJ

Si vous voulez bien me permettre, depuis que j'ai reçu l'intuition du MI de st JP II, j'ai un appel dans le cœur, un appel qui ne cesse de grandir et que je voudrai fraternellement vous partager avec confiance, à chacun de vous selon ses responsabilités dans l’Église. C'est un appel d'Unité à l’Église.

Dans quelques temps auront lieu ici en Pologne les JMJ. Tout le Corps Universel du Christ doit être engagé pour porter tous ces jeunes et le Magistère Évangélisateur avec le saint Père François. Appelons le MI dans toutes les confessions chrétiennes du monde entier pour venir en esprit, être les piliers de soutien de ce JMJ.

« A vous tous qui souffrez » nous avons tous besoin de vous. Soyez par votre prière et offrande d'amour les serruriers de l'Invisible pour ouvrir les cœurs des jeunes à toutes les grâces que le Seigneur veut généreusement leurs donner. Soyez par vote prière et offrande d'amour le pilier de soutien du Magistère Évangélisateur afin qu'ils soient tous remplis de la force de l'amour de la charité pour rendre présent le Christ ressuscité. Enfin portez dans votre prière d'offrande dans l'amour tous les pays qui accueillent, la Pologne et ses dirigeants et tous les responsables pour l'organisation.

Faites alors savoir à tous les jeunes, au moment de l'ouverture des JMJ que l’Église Universelle les porte dans l'amour, à commencer par les personnes âgées et tous les plus faibles et les plus petits du monde entier y compris les prisonniers dans le MI de st JP II.

Les jeunes clameront alors leur grande joie et exprimeront leur gratitude à travers cette éblouissante expérience familiale qui va profondément les incorporer au Corps du Christ Universel dans la communion des Saints.

Je vous remercie.

Fraternellement votre frère diacre Martial Codou.

 







Licznik odwiedzin

Dzisiaj15
Wczoraj91
Wizyt w tygodniu15
Wizyt w miesiącu1280
Łącznie wizyt95861

VCNT - Visitorcounter